Complications ophtalmologiques

Description : les corticoides augmentent le risque de glaucome (=augmentation de la pression dans l'oeil) et de cataracte. Ces effets indésirables peuvent être longtemps asymptomatiques ou se manifester par une diminution de l'acuité visuelle, des douleurs oculaires, une sensation de halos dans le champ visuel ou une gêne induite par la lumière.

Fréquence : elle est difficile à estimer et varie en fonction de la durée et des doses reçues de corticoïdes. La cataracte semble relativement fréquente après plusieurs mois d'exposition à une corticothérapie orale (environ 10% en moyenne chez des sujets asthmatiques par exemple) bien que cette cataracte puisse être totalement asymptomatique et donc sans conséquence pour le patient. Par rapport à des patients non exposés aux corticoïdes, le risque de cataracte semble multiplié par 3 ou 4 et le risque de glaucome par 2 chez les sujets traités par corticoides. 

Sujets à risque : tous les patients traités au long cours par corticoides sont à risque de complications oculaires, y compris lorsque ce traitement est pris par voie inhalée (traitement de l'asthme par exemple). Un sur-risque de cataracte et de glaucome existe dès des faibles doses (<10 mg/j) de corticoides. Cependant, plus la dose est élevée et plus la durée d'utilisation est importante, plus le risque de souffrir de ces effets indésirables s'accroît. Le risque semble augmenter avec l'âge et serait majoré chez les patients souffrant de certaines pathologies telles que le diabète.

Traitements courts versus traitements prolongés : les traitements courts exposent peu au risque de complications oculaires. Les patients exposés durant plusieurs semaines/mois à ce traitement sont plus à risque. 

Prévention/traitement : il n'existe pas de traitement préventif connu hormis celui de rechercher la dose minimale nécessaire de corticoides et de les prescrire le moins longtemps possible. Le traitement chirurgical de la cataracte est très efficace.

Dépistage : un examen ophtalmologique annuel avec mesure de la pression oculaire peut être recommandé chez les patients traités au long cours par corticoïdes

Réversibilité : la cataracte n'est pas réversible après l'arrêt des corticoides. En revanche, l'augmentation de la pression oculaire diminue ou disparait au cours des semaines qui suivent l'arrêt du traitement.

Bibliographie
  • Smeeth L et col. A population based case-control study of cataract and inhaled corticosteroids. Br J Ophthalmol. 2003
  • Cumming RG et col. Use of inhaled corticosteroids and the risk of cataracts. N Engl J Med. 1997
  • Garbe E et col. Risk of ocular hypertension or open-angle glaucoma in elderly patients on oral glucocorticoids. Lancet. 1997
  • Tripathi RC et col. Corticosteroids and glaucoma risk. Drugs Aging. 199
  • Tripathi RC et col. Ocular toxicity of prednisone in pediatric patients with inflammatory  bowel disease. Lens Eye Toxic Res. 1992
  • Urban RC Jr et col. Corticosteroid-induced cataracts. Surv Ophthalmol. 1986
  • Huscher D et col. Dose-related patterns of glucocorticoid-induced side effects. Ann Rheum Dis. 2009

 

date de mise à jour: 08/05/2015